Le SEO est (encore une fois) mort … Avis sur les noces du Figaro …

On le lit partout: le SEO est mort ! Décidément, comme disait Alain Chabat en répondant à son interlocutrice dans la Cité de la Peur qui s’étonnait de la récurrence de la mort de son chien: « il a beaucoup souffert ». Tant pis si des personnes pensent que le SEO est mort, ça fera plus de place pour les référenceurs sérieux !

Evidemment, le trafic apporté par Google peut voir sa part diminuer, notamment pour les médias, qui constatent avec raison la montée en puissance de Facebook (Twitter est à la ramasse, mais ce n’est pas le sujet du jour). Mais Google reste tout puissant pour un média, un canal à plusieurs tentacules avec le search classique, Google Actualités (et ses fameuses boxes dans la recherche), ou encore la vidéo, les images. Même si Google tente de conserver le trafic chez lui (demandez aux voyagistes qui pleurent, et aux assureurs qui se préparent la guillotine), il a besoin de sources toujours plus nombreuses pour alimenter son moteur et gagner en pertinence.

Au delà des médias, parlez à des référenceurs (malins) placés sur des niches, qui ne font aucun bruit, mais qui se positionnent sur des requêtes malines, souvent devant des e-commerçants (ça existe encore !) et demandez leur si le SEO est mort. Si la dépendance au trafic SEO peut être dangereuse, il n’en reste pas moins que les moteurs de recherche sont un formidable relais de trafic qualifié pour les éditeurs.

———————–

Le rachat de CCM Benchmark par le Figaro est un exemple foudroyant de réussite notamment basée sur le SEO: plus que les autres, CCM Benchmark est devenu un site d’actu par opportunité publicitaire – ce que certains appellent même un hold-up – (l’Internaute est souvent en première position dans sa nouvelle catégorie, selon Médiamétrie).  L’Internaute a compris rapidement que l’actualité chaude devait être épaulée par les contenus froids et d’anticipation pour capter les recherches issues des moteurs, aller chercher plus d’audience. Malin non ? Le mariage entre un pure-player et un des géants des médias en France montre que les « médias traditionnels » ont beaucoup à apprendre d’entreprises agiles. Si les montants ne sont pas connus, Le Figaro aurait cassé sa tirelire pour s’offrir une des fermes de contenus les plus puissantes sur le Web Français. Pour le moment, Google n’a pas réagi ! On se souviendra que le géant américain a mené dans le passé des opérations de destruction massive de fermes de contenus en France (RIP Wikio) mais aussi aux Etats-Unis pour fracasser ceux qui avaient pu se gaver en récupérant les requêtes tapées par les internautes.

Pour le Figaro, c’est l’occasion de faire un gros coup sur le marché, en surclassant la catégorie Actualités et préparer la confrontation avec des géants comme Webedia, l’autre boulimique du Web Français. Mais Xavier Niel, co-propriétaire du Monde, n’a pas dit son dernier mot et la bataille de l’audience semble encore se profiler pour les prochaines années !

Donnez votre avis