Pourquoi l’Allemagne se trompe en faisant payer Google Actualités

Vous l’avez sans doute suivi: en Allemagne, une loi vient d’être adoptée visant à faire payer Google Actualités, le service d’agrégation de contenus d’infos. En effet, désormais, le service de Google devra verser une commission aux sites d’actualités présent sur son service. Une nouvelle qui est selon moi un non-sens et qui va finalement contre la stratégie des sites médias. Voici pourquoi:

  • Google Actualités est un formidable carrefour d’audience pour les sites médias

En France, Google Actualités génère chaque mois entre 3 et 4 millions de visiteurs uniques. Et on oublie les clusters d’actualités qui se retrouvent dans les résultats de recherche de Google: on est peut être plus vers 10 millions de visiteurs uniques par mois … Un trafic important que Google redistribue directement aux éditeurs: en effet, son service n’agrège qu’une partie minime du contenu des sites d’actualités (le titre et les premiers caractères de l’article). Chaque jour, c’est entre 20 et 50% du trafic d’un site média qui vient de Google Actualités. Les médias, via cet apport d’audience, peuvent ainsi monétiser leurs pages d’arrivée, notamment grâce à la publicité.

  • Google Actualités ne monétise pas son espace

Faire payer Google alors qu’il ne monétise pas cet espace, c’est un comble ! En Allemagne, on demande à Google de verser des commissions alors qu’il ne fait pas d’argent sur ce service. C’est un comble pour Google qui pourrait par contre penser à intégrer de la publicité pour combler le « manque à gagner » dû au fait de rétribuer les éditeurs.

  • Ce sont les éditeurs qui font du pied à Google, et pas le contraire !

Aujourd’hui, ce sont les sites d’actualités qui font la demande auprès de Google pour être inclus sur le service Google Actualités, pas le contraire. En effet, une demande d’indexation est envoyée à Google Actualités, et ce sont les équipes (humaines) de Google qui décident ou non d’ajouter un site dans l’espace Actualités. Avec les techniques d’optimisation (que Yooka, par ailleurs, met en place pour de nombreux sites médias), le trafic généré chaque jour est comme je le disais important. Sous valorisé aussi, au départ. Quand on comprend mieux la logique, on se rend compte du formidable potentiel de Google Actualités.

  • Si vous en voulez à Google, changez votre fichier robots.txt

Cela me rappelle le « combat » de Rupert Murdoch pour sortir de Google Actualités. Dénonçant l’omniprésence de Google, il a notamment frappé sur le service de News de la firme de Mountain View. Google lui a simplement répondu que par une commande technique (modification dans le robots.txt), Google Actualités pouvait ne plus prendre en compte les articles de ses sites Internet. On imagine la perte d’audience … Il faut parler avec Google, ne pas se sentir en position de faiblesse (d’ailleurs, en France, des groupements comme la SPQN existe notamment dans ce sens) mais je ne pense pas que faire payer Google soit la meilleure idée.

Ce post un peu « polémique » est surtout l’occasion de dire qu’aujourd’hui, il faut surtout collaborer avec Google pour mener des partenariats stratégiques. Se retirer de Google Actualités est aujourd’hui un « suicide » pour un site d’actualités, il convient par contre d’optimiser sa stratégie pour ne pas dépendre uniquement de Google Actualités. Il faut chercher à diversifier ses sources de trafic (Google Search, News, Vidéo, mais aussi Facebook, Twitter) et ne pas réinventer la roue: prenez le trafic où il est présent sinon vos efforts ne seront que trop rarement récompensés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.